Vies blanches – Le Zaporogue XVI


Le Zaporogue XVI – 2015 – Vies blanches – Le jour & La nuit.
Appel à textes, photos, art, illustrations, photographies pour la revue Le Zaporogue créée par Seb Doubinsky.

LA NUIT

Elle passe sa carte magnétique devant le lecteur, laisse s’ouvrir l’espèce de sas futuriste et se faufile dans l’immense hall de la record company. Le studio de Like Us est vide. Normal pour un dimanche matin… Elle a pris sa vieille clarinette, celle d’avant, de l’époque bénie où chaque son était un effort et une découverte… Elle est là incognito, débarrassée de sa perruque et de ses lunettes noires. Les yeux fermés, elle reprend la mélodie d’Easy leaving. Les paroles chantées par Billie Holiday se bousculent dans son esprit…

« Living for you is easy living
It’s easy to live when you’re in love
And I’m so in love… »

Elle a samplé ces quelques notes pour les intégrer à son prochain single et elle a été étonnée que tout s’encastre aussi bien. Les notes volées frétillent comme de la mousse de champagne et parviennent à égayer les lourdes nappes sonores, ce bruit de fin du monde dont elle ne parvient pas à se débarrasser… Elle répète, répète encore et encore… Sa clarinette improvise jusqu’à l’hypnose, place ses banderilles une à une, pour tuer le temps, le mettre à mort…

Elle n’a pas vu que Pavel, son assistant, s’était endormi là la veille, sans doute un peu trop fracassé pour repartir chez lui. Il ouvre les yeux et écoute la mélodie… Il y découvre d’autres sons, des choses qui ne transparaissent pas dans les albums de la DJ… Il attend la fin du morceau pour se montrer. Il savoure, encore un peu défoncé, blotti dans l’immense canapé en cuir qui lui sert de nid quand il sait que personne ne le rejoindra chez lui… Pavel réalise qu’il ne connaît pas si bien cette étrange fille, cette star qui l’a pourtant laissé entrer dans son intimité… Ils ont passé plus d’une nuit ensemble, dans des avions, des salles d’attente ou des hôtels de luxe, à boire, fumer et discuter de tout et de rien et de la difficulté d’être gay dans un monde encore bien triste… Entre deux concerts elle lui a laissé deviner des souffrances qu’il préfère ignorer, même s’il les entend désormais, ces cris d’oiseau blessé…

Shane Zooee – Vies blanches – Janvier 2015