Publié le

Val McDermid et Carol Jordan…

Val McDermid, née à Kirkcaldy, en Écosse, est une écrivaine écossaise, auteure principalement de romans policiers.

« À 17 ans, Val McDermid est la première étudiante d’une école publique écossaise à fréquenter le St hilda’s College à l’Université d’Oxford. Diplôme en poche, elle s’engage dans le journalisme pendant une quinzaine d’années à Glasgow et à Manchester. Engagée dans les mouvements de gauche et de contestation pendant l’ère Thatcher, elle amorce en 1984 l’écriture d’un roman policier qu’elle met trois ans à achever : le succès de Report for Murder détermine sa vocation littéraire. » Source : Babelio

« La grande force de Val McDermid, c’est son talent pour créer des personnages absolument fascinants. Carol Jordan, femme blessée, seule, vulnérable mais d’un courage insensé, a du mal à aimer… On vient de fermer l’unité spéciale qu’elle a dirigée pendant des années. Elle est en pleine déprime, et ne sait pas de quoi demain sera fait. Tony Hill, le psychologue profileur, est plus que jamais en proie à ses obsessions et à ses nuits sans sommeil, passées devant des jeux vidéo stupides. Plus que jamais, son esprit est le réceptacle des perversions criminelles des criminels qu’il soigne et de ceux qu’il pourchasse lorsque Carol Jordan fait appel à ses talents. Et ces deux-là, que tout devrait réunir, ne parviennent jamais à se rejoindre. Ils sont à la fois leur pire ennemi mutuel et la seule relation possible pour chacun d’eux. » *

 

Série Tony Hill & Carol Jordan
Thèmes : Thriller • Profiler • Serial Killer • Meurtres en série • Policier • Angleterre • Homicide • Suspense • Enigmes • Meurtrier • Polar • Viol.
Source : Book•Node


* Source : Le blog du polar : « Val McDermid, « Châtiments » : la grande prêtresse du crime psychopathe est de retour ».

 

Merci à Val Mc Dermid (et à son inspectrice-chef de police Carol Jordan) qui m’ont aidé à construire le personnage de Carole Jourdan, commandante de police dans #Jenaipasportéplainte.

Thanks to Val McDermid (and to her Detective Inspector Carol Jordan) which helped me build the character of my “Commandante” Carole Jourdan.

 

Publié le

Écriture originale et intrigue punchy – Blog Pensez Bibi

« Pas sans importance ce titre en hashtag. Il vient dire en préambule la teneur et la tonalité du livre. Nous sommes immergés dans l’ère du Numérique, dans cette époque où les ordinateurs et autres smart-phones tournent à plein régime avec leurs codes d’entrée, leurs aficionados, leurs réseaux sociaux (Twitter, Facebook) visibles/ invisibles et leurs… dangers. »

♠ « Avec ce livre qui intègre les écritures numériques, on va à toute vitesse… SMS, posts, bloups Facebook… Marie-Hélène Branciard traduit les échanges entre personnages dans une écriture originale (ou plutôt dans un essaim d’écritures). (…) Dans l’armature de la fiction, le suivi des personnages se fait via de courts paragraphes, on passe de l’un des protagonistes à l’autre après lecture d’une, deux ou trois pages maximum, lecture entrecoupée aussi d’inserts de pages de blog ou/et de Facebook. Tout cela permet de voir les avancées punchy de l’intrigue…

♠ « Pas polar pour rien, #Jenaipasporteplainte joue avec les limites de la loi, avec les obstructions à l’enquête, avec les idées de vengeance, avec les bons, les border-line et les méchants. Marie-Hélène Branciard s’arrêtera aussi sur le trajet social difficile de ses personnages et résumera le Monde d’aujourd’hui dans ce qu’il a de plus sordide (le viol, les tortures) et de plus lumineux (la solidarité entre ami(e)s, l’amour naissant entre Claire et Solün). »

[Lire la suite]

Chronique de Pensez Bibi – 30 septembre 2016.

#Jenaipasportéplainte Marie-Hélène Branciard – Préface de Marie Van Moere – 17,50 € (livraison gratuite) – Septembre 2016 – Éditions du Poutan.

Blog Pensez BiBi
BiBi espère que son blog a (aura) une respiration singulière. Ses billets oscillent entre l’Almanach Vermot et la précision des travaux du sociologue Luc Boltanski.
BiBi s’attache aux détails : petites fenêtres qui ouvrent sur les grands espaces (de pensée).

Publié le

#Jenaipasportéplainte m’a fait l’effet d’un cri – La Belle page

photo_2cv_labellepageDès les premières pages on est bousculé d’un personnage à l’autre…

Ce weekend j’ai lu #Jenaipasportéplainte le livre de Marie-Hélène Branciard, et ce n’est pas une lecture « anodine » croyez-moi. Ce roman m’a fait l’effet d’un cri !

Dès les premières pages, on est attrapé par le rythme effréné de l’écriture de l’auteur; on est bousculé d’un personnage à l’autre, d’une histoire à l’autre qui s’entremêlent apportant chacune un éclairage particulier sur les événements, sans avoir le temps ni de réfléchir ni de se poser.


«Le regard porté sur la société est tranchant : pas facile d’être homo, lesbienne, trans, de ne pas être dans le moule, dans cette société qui est la nôtre. Et puis, il y a l’Art, omniprésent, expression de la douleur et souvent révélateur de vérités dérangeantes. » [Lire la suite]

Chronique d’Emmanuelle Auber Oriol – La Belle page – 29 septembre 2016.

#Jenaipasportéplainte Marie-Hélène Branciard – Préface de Marie Van Moere – 17,50 € (livraison gratuite) – Septembre 2016 – Éditions du Poutan.

La Belle Page
La Belle page, Biographe, passionnée d’écriture, de lecture et de tout ce qui touche à l’édition, on me surnomme Ma Dalton parce que je sors la plume plus vite que mon ombre !