Publié le

#Jenaipasportéplainte Polar de Marie-Hélène Branciard.


#Jenaipasportéplainte

Polar de Marie-Hélène Branciard.
Préface de Marie Van Moere
(auteure de Petite louve aux éditions La Manufacture de Livres).

« Il est blanc comme un linge, attaché à son fauteuil de bureau, il serre les dents, bien décidé à ne rien lâcher. Tout à l’heure, Margaret Thatcher l’a fait tournoyer sur lui-même à deux ou trois reprises, par pur sadisme. À ses côtés, l’autre, cachée derrière son masque de Kim Jong-un, pianote nonchalamment sur son I-phone. « Tu sais, Simon, lâche-t-elle d’une voix douce, on n’est pas comme tes copains les flics, nous. Contrairement à eux, on veut la vérité et on peut utiliser des tas de trucs pour faire parler les ordures de ton espèce… »

Paris, place de la Nation… Après une manif pro « Mariage Pour Tous », Solün, photographe de presse, découvre le corps inanimé d’une jeune femme. À l’hôpital où elle l’accompagne, elle fait connaissance avec ses amis et se lance avec eux à la poursuite des agresseurs… La traque de violeurs en série se met en place avec des moyens peu conventionnels mais terriblement efficaces. Le commandant Jourdan, officiellement chargé de l’enquête va d’ailleurs moyennement apprécier l’aide de ces justiciers amateurs.

Un polar moderne haletant sur un rythme rapide, rock’n’roll. Les oiseaux noirs de Twitter et l’ombre de quelques monstres planent sur ce récit tandis qu’une mystérieuse DJ nous parle de vengeance et de création. On a l’impression d’avoir toutes les clés en mains, et pourtant le suspens reste entier jusque dans les dernières pages…
Avec #Jenaipasportéplainte, Marie-Hélène Branciard décrit le Monde d’aujourd’hui dans ce qu’il a de plus sordide (le viol, les tortures) et de plus lumineux (la solidarité, l’amour). Ses personnages originaux, parfois drôles, toujours très attachants nous montrent que la lutte contre la peur et les préjugés reste bien un enjeu essentiel!

L’AUTEURE
Née au siècle dernier au Sahara, Marie-Hélène Branciard a vécu à Lyon, Paris et Dijon. Après des études de sociologie, elle a été successivement pigiste, chargée d’études sociologiques, webmaster. Elle écrit actuellement un troisième roman.

Polar en vente sur le site des éditions du Poutan.

Version numérique en vente sur la Librairie 7switch.

#Jenaipasportéplainte – Marie-Hélène Branciard – Préface de Marie Van Moere – Septembre 2016 – Éditions du Poutan.

Page Facebook #Jenaipasportéplainte

Publié le

Wild little mermaid

Tu croises Anita à la sortie du So What…

Tu la connais vaguement : amie d’une amie, rencontrée dans un vernissage. Perchée sur ses tacones lejanos, complètement défaite, cinq ou six ballons de baudruche accrochés à son sac, elle essaye vainement d’attraper un taxi tout en chantonnant The End of The Story d’Héléna Noguera… « I will never know the end of the story… I will… never mind… cos if I mind… ». Alors qu’elle entame une vague chorégraphie, tu lui proposes de la raccompagner… « Ouiiiiiiiiiii, tu me plais toi ! Elles sont trop bien tes shoes ! Tu veux un ballon ? » Tu mets trois plombes à trouver un taxi qui veuille bien vous amener à Montreuil. À l’arrivée, Anita se vautre en se prenant les pieds dans la ceinture de sécurité. Le type du taxi balance « Bien fait pour sa gueule ! » avant de démarrer en faisant couiner ses pneus. Rancunier le type. Il est vrai qu’entre deux chansons, Anita a bien cramé le siège arrière de sa bagnole…

A peine rentrée chez elle, elle attrape sa télécommande et lance un dessin animé porno sur son home cinéma. Une sirène aux longs cheveux roux se fait baiser par une grosse pieuvre bleue aux cheveux blancs. Couchée sur une épave de bateau pirate, échouée au fond d’une mer transparente, le monstre et la sirène s’en donnent à cœur joie. Tu t’y croirais presque… Tu t’installes devant l’écran pendant qu’Anita envoie valdinguer ses talons aiguilles et redevient une toute petite nana. Elle rejoint sa chambre en se cognant un peu partout et disparaît… Sur le home cinéma la sirène n’en finit plus de jouir entre les tentacules bleues d’une improbable goudou des mers. Tu te laisses embarquer…

Queer Spirit – Shane Zooey – Juin 2013.

Helena Noguerra – The end of the story- Album « Année Zéro »

Publié le

Queer Spirit

Naissance du blog Queer Spirit

« C’est parti d’une idée de reportage kaléidoscopique sur sa vie, celle des avatars et des humanoïdes qu’elle croisait dans les bars, les boîtes, les blogs, les forums, sur Facebook, My Space ou dans Second Life. Daria voulait comprendre ce qui lui arrivait quand elle fabriquait son univers en tapotant sur un clavier ou en promenant une souris verte ou bleue jusqu’au bout de la nuit, quand elle volait d’une histoire de sexe à une autre… Elle voulait surtout ralentir le mouvement, savoir quand s’arrêtait la vraie vie et quand commençait l’autre…
Mafalda lui a suggéré de créer un blog anonyme et de rédiger son journal intime en ligne pour s’y poser quotidiennement, raconter ses rencontres, ses découvertes et peut-être trouver des réponses à ses questions… Elles en ont parlé jusqu’au petit matin et puis Mafalda a donné le jour à Queer Spirit en quelques clics… C’est Daria qui a suggéré ce titre, en référence au Teen spirit de la chanson de Nirvana repris par Virginie Despentes pour l’un de ses romans et c’est Maf qui a trouvé son pseudo : La Souris Déglingos , un hommage à un groupe punk qui existait bien avant que la souris informatique soit inventée.
Elles bossent ensemble depuis ce jour. Quand Maf repère une arnaque, Daria se charge de diffuser l’info sur son blog. Il lui arrive aussi d’intervenir In Real Life, comme ce soir, mais c’est plus rare… Malgré les risques que ça implique, la journaliste adore ça. C’est dans ces moment là qu’elle a vraiment l’impression d’être utile, quand la vraie vie rejoint l’autre… »

Extrait #Jenaipasportéplainte – Marie-Hélène Branciard – P.38.